Fête de la Bretagne 2015

Paris mairie du 15ème arr.
Vidéo: Cliquez.jpg

20 21 MAI fête de la Bretagne

 

Patrimoine-ParisBreton.org
Une présentation des lieux, des personnalités, et de l'histoire bretonne de l'Ile de France.

Presse bretonne

letelegramme_logo_ME.jpgOuest_france_logo.jpg Bretons_logo_ME.jpgABPtriskellogobleu200.png tregor.pngPresse_darmor_logo_ME.jpg

TOURISME EN BRETAGNE

Tourisme_Bretagne_Logo.jpg

FansdeBretagne_Logo2012_FR_Base.jpg MODIF.jpg

Savourez_la_Bretagne_bandeau.jpg

CINEMA
Actualité du cinéma en Bretagne
FEB-100-logo.jpg

Cinematheque_de_BZH_Logo_web.jpg
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Bienvenue sur Paris Breton

BLOAVEZH MAT
BONNE ANNEE
2018

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/sites/regions_france3/files/styles/asset_list_medium/public/assets/images/2017/12/14/25445049_858857207630003_1100560611_o-3412163.jpg?itok=oXgn4wJW

 
 
Les 12 dernières nouvelles

Le Patrimoine Breton
Appel de la Fondation du Patrimoine Délégation Bretagne
Réponse pour le 10 janvier


Le Président de la République a confié à Stéphane Bern la mission d'identifier le patrimoine immobilier en péril et de rechercher des solutions innovantes pour assurer le financement des travaux indispensables. Dans le cadre de cette mission, Stéphane Bern s’est rapproché de la Fondation du patrimoine pour procéder au recensement des sites patrimoniaux en danger et proposer des solutions. 

L'objectif est de sélectionner plus de 1500 sites à protéger d'urgence. Pour cela, nous avons besoin de vous pour repérer ces monuments en péril sur le territoire breton!

L'objectif est d'identifier plus de 1500 sites à protéger d'urgence.

Venez au secours du patrimoine !

Dès aujourd’hui, aidez-nous à identifier les monuments en péril sur le territoire français ! 

Cliquez ICI pour proposer un projet pour la mission Bern.

Vous pouvez également contacter nos délégations régionales et départementales qui pourront vous conseiller et vous assister. Si vous souhaitez prendre connaissance des informations qui vous seront demandées, vous pouvez consulter ce document.

Nous accompagnons également Stéphane Bern dans la recherche de solutions de financement pour les projets identifiés comme prioritaires.

N'hésitez pas à nous contacter au sein de la délégation Bretagne pour tous renseignements complémentaires.

... / ... Lire la suite


Randonnée. GR : la baie de Morlaix préférée des Français

Le GR 34 entre Plougasnu et Locquirec, sentier préféré des internautes ; (©Le Trégor)

Le GR 34 dans son tronçon autour de Morlaix a été élu chemin préféré des Français. Le prix a été remis le 20 décembre à Locquirec.

... / ... Lire la suite


Trois court-métrages bretons en compétition pour les Césars 2018

Le 2 mars 2018, la cérémonie des Césars récompensera le meilleur du cinéma français. Cette année, quatre films tournés et/ou produits en Bretagne (catégorie Court-Métrage et Court-métrage Animation) ont été sélectionnés.

 

Il s'agit de la première sélection avant la liste définitive qui présentera les 5 nominés pour le César du meilleur court métrage et les 5 nominés pour le meilleur court métrage d'animation. Les professionnels ont jusqu'à la fin de l'année pour voter. Le second tour de vote se fera, entre le 2 janvier et le 30 janvier.

Les films sélectionnés :


"Je les aime tous" , réalisé par Guillaume Kozakiewiez et produit par la société bretonne Les 48 Rugissants (en coproduction avec Tébéo, TVR La chaîne, TébéSud, avec la participation des Régions Bretagne et Champagne-Ardenne et de France 3 et le soutien de l’ADAMI). 
Synopsis : Rivée à son bureau, une femme écrit. Dans la nuit un homme se dirige chez elle… Lui, il veut jouir car il n'en peut plus. Il sait que cette femme qui écrit tant de lettres ne lui refusera rien.
Avec Corinne Masiero, Alice Barnolé, Ousmane Konté, Florent Lenice.
http://48rugissants.com/catalogue/je-les-aime-tous/


"Le bleu blanc rouge de mes cheveux" de Josza Anjembre, produit par Yukunkun Prod (avec le soutien de la Région Bretagne, Acse, Bourse talents en courts, Adami, Alcime-Sacem, Procirep-Angoa et un pré-achat de France 2)
Synopsis : À dix-sept ans, Seyna, une adolescente d’origine camerounaise se passionne pour l’histoire de la France, le pays qui l’a vue naître et dont elle est profondément amoureuse. Son baccalauréat en poche et sa majorité approchant, Seyna n’aspire qu’à une chose : acquérir la nationalité française. Mais son père Amidou s’y oppose farouchement.
Avec Grace Seri, Augustin Ruhabura, Mata Gabin, …
Le tournage a eu lieu en 2015 à Rennes et Cesson-Sévigné (et notamment au Lycée public Le Sévigné), avec la participation de techniciens, comédiens et figurants bretons.
www.yukunkun.fr/index.php?cat=1&id=23


"Les bigorneaux" de Alice Vial, produit par Les Films du Cygne (avec le soutien de la Région Bretagne, du Département du Finistère, du CNC, de l’ADAMI et de l'ANGOA-AGICOA)
Synopsis : À Brignogan-Plages, Zoé, 30 ans, travaille au bar “Les Bigorneaux”, avec son père Guy. Tantôt serveuse, barman, patronne, elle s'épuise à tout prendre en charge, épaulant Guy depuis la mort prématurée de sa mère. Un matin, Zoé se met à souffrir de vertiges et de nausées qui perturbent son quotidien. Elle craint d’être tombée enceinte, mais sa gynéco lui apprend qu’elle souffre d’un tout autre mal…
Avec Philippe Rebbot, Tiphaine Daviot, Rebecca Finet, Anouchka Csernakova, Laetitia Lety Pardalis, Olivier de Narnaud, Gerard Bohanne, Machard Thierry, …
Le tournage a eu lieu en novembre 2016, à Brignogan-Plages et Lesneven (Finistère). Des techniciens, comédiens et figurants bretons 
www.swanfrance.com/…/proj…/110/les-bigorneaux-par-alice-vial
 

Dans la catégorie "Meilleur film d’animation (court métrage)", a également été sélectionné "Le futur sera chauve" de Paul Cabon , produit par la société bretonne WAG Prod.
 


... / ... Lire la suite


Les élections en Catalogne - par PARIS BRETON le 22/12/2017 @ 15:18

Les partis indépendantistes conservent la majorité des sièges, les voix s'équilibrent entre les deux tendances.


... / ... Lire la suite


Programmation Décembre

Exposition Actualités Hors les murs

Nouvel accrochage

Galerie Penthièvre
  Exposition d'une collection exceptionnelle de Ge Ba, «peintures de tissu», réunies en Chine, dans les années 50.

Galerie Matignon

Paul-Auguste Masui
(1888, Luxembourg - 1981, Belgique)

« Si la peinture de Masui est témoin de son temps, elle est aussi intemporelle avec sa force de suggestion, sa palette superbe, sa personnalité singulière. »

Catherine Puget
ancienne conservatrice du Musée de Pont-Aven


Actualités

Ouverture exceptionnelle de la Galerie Penthièvre le dimanche 17 décembre de 14h à 18h.

Jeanne Coppel a rejoint la base de données AWARE référençant les artistes femmes qui ont marqué le XXe siècle.


Rencontre
Matthieu Dorval et Gérald Vallette   Le parcours de création
artistre et entrepreneur / regards croisées

Auditorium des Ateliers des Capucins
25, rue de Pontaniou
29200 Brest

 

Mardi 19 décembre 2017 - 18h


Hors les murs

Bang Hai Ja

Lumières du Monde

Musée du Vitrail

5, rue du Cardinal Pie
28000 Chartres

Jusqu’au 30 septembre 2018


 

Jeanne-Marie Barbey

Regard(s)

Musée des Beaux-Arts de Vannes

15 Place Saint-Pierre
56000 Vannes

Jusqu'au 7 janvier 2018


Antoine Mayo & Ezekiel Baroukh

Art et liberté
Rupture, guerre et surréalisme en Egypte (1938-1948)


Tate Liverpool

Albert Dock, Liverpool
L3 4BB, Royaume-Uni

jusqu'au 18 mars 2018


 

 

 

 

Matthieu Dorval

Solo
Village by CA

Plateau des Capucins
29200 Brest

à partir du 19 décembre 2017


 

 

 

 

 

Toru Hamada

Solo Show

Romberg Galerie

39, viale le Corbusier, Torre Baccari, 04100, Latina, Italie

jusqu'au 1er février 2018


Patrick Hourcade

 Big Bang

 Galerie du Passage

20/26, galerie Véro-Dodat
75001 Paris

jusqu'au 13 janvier 2018


Marie Vassilieff

Marie Vassilieff, l’âme de Montparnasse

Château de Vert-Mont

3, avenue Tuck Stell,
92500 Rueil Malmaison

jusqu'au 28 janvier 2018


 

                   


Galerie Penthièvre  Galerie Matignon École des filles
24, rue Penthièvre
75008 Paris
+33 (0)1 40 07 58 09
29-33 av. Matignon
75008 Paris
+33 (0)1 40 07 58 09
25, rue du Pouly
29690 Huelgoat
+33 (0)2 98 99 75 41
contact@francoiselivinec.com

... / ... Lire la suite


EN JANVIER TRI YANN A L'OLYMPIA - par PARIS BRETON le 13/12/2017 @ 12:12

POUR BIEN COMMENCER L'ANNEE 2018
TRI YANN EN CONCERT à l'OLYMPIA

 

... / ... Lire la suite


François Régis Hutin, portrait d’un journaliste humaniste

  • Patron de presse mais surtout journaliste, François Régis Hutin a toujours veillé à ce que Ouest-France lutte contre "l'enfermement, le repli sur soi, sur le petit univers de chacun."
    Patron de presse mais surtout journaliste, François Régis Hutin a toujours veillé à ce que Ouest-France lutte contre "l'enfermement, le repli sur soi, sur le petit univers de chacun." | Archives OF

Par François-Xavier LEFRANC

Homme de tous les grands combats, de la lutte contre la peine de mort à la liberté de l’enseignement, il est décédé dimanche soir 10 décembre à Rennes. Il avait passé 56 années au service de Ouest-France et de ses lecteurs.

À ses nombreux visiteurs, François Régis Hutin aimait montrer cette photo jamais publiée et qu’il avait prise en 1986, en Somalie. Un corps desséché sur le sable. « Au nom de quoi montrer le corps de ce pauvre homme à qui on a enlevé toute dignité ? » Pour décrire tout le malheur du peuple somalien, le patron de Ouest-France avait alors pris un second cliché : un homme poussant une brouette avec le corps de son enfant, entouré d’un linceul. « Cette photo nous bouleverse, elle dit ce que vivent ces malheureux, mais en préservant leur dignité ». Tel était François Régis Hutin, journaliste humaniste, plaçant au-dessus de tout le respect des personnes.

Ses nombreux reportages l’ont conduit auprès des lépreux d’Égypte en 1981, à bord des camions d’Ouest-France portant de l’aide aux Polonais en état de siège en 1982, en Éthiopie ou au Soudan frappés par une terrible famine en 1985, en Roumanie dans l’hospice dévasté de Cernovad en 1990, puis à nouveau au Soudan à la fin des années 90, au Proche Orient et au Moyen Orient, en Ukraine après la tragédie de Tchernobyl… À chaque publication, un appel est lancé aux lecteurs de Ouest-France. Et à chaque fois, des sommes très importantes sont mobilisées pour aider les populations en détresse aux côtés des ONG (Organisations non gouvernementales). « Peut-être qu’à travers ces reportages quelques solidarités se mettront en marche ? » s’interrogeait-il en 1986, à son retour de Somalie. Les lecteurs de Ouest-France lui ont toujours apporté la plus belle des réponses.

« N’oublions jamais les plus pauvres, les oubliés, les méprisés » rappelait souvent François Régis Hutin, à l’occasion des réunions de la rédaction. Toujours, son regard de journaliste portait bien au-delà de l’Ouest. « Ouest-France n’a cessé d’informer ses lecteurs, de la plus petite commune jusqu’au monde entier », soulignait-il à l’occasion des 70 ans du journal. « Nous voulons que tous puissent comprendre le monde avec ses crises, ses souffrances, ses espérances. Nous espérons ainsi éviter l’enfermement, le repli sur soi, sur le petit univers quotidien de chacun. »

« Entre le ciel et l’eau : un crime »

Fils de Paul Hutin, fondateur d’Ouest-France, et de Magdeleine Desgrées du Lou, François Régis Hutin est né à Rennes le 26 juin 1929. Après des études de lettres et de sociologie à la Sorbonne, il passe deux ans au séminaire de la Mission de France, à Lisieux. En 1950, il répond à l’appel du grand large et part naviguer comme pilotin sur des bateaux des Messageries Maritimes et de la Nouvelle Compagnie Havraise Péninsulaire.

Ces longs mois de navigation sur les mers d’Extrême-Orient et de l’Océan Indien nourrissent le lien intime qui lie François Régis Hutin aux gens de mer. Il est aussi profondément marqué par les conditions de vie misérables des populations rencontrées là-bas. Bien des années plus tard, le 22 juin 1979, François Régis Hutin lance un vibrant appel au Président de la République et aux dirigeants européens alors que des milliers de réfugiés fuient le Vietnam et se perdent en Mer de Chine. Le titre barre la Une de Ouest-France : « Entre le ciel et l’eau, un crime ! »

Entré à Ouest-France en 1961 comme journaliste il en devient le Président-directeur-général en 1984, succédant à Louis Estrangin. Les deux hommes ont mené ensemble l’ambitieux projet de transfert du siège de Ouest-France. En 1972, pendant le week-end du 15 août, le journal déménage du centre-ville à la périphérie rennaise, permettant ainsi l’essor du premier journal francophone au monde. « Nous avons changé le moteur d’un Boeing au-dessus de l’Atlantique » écrit alors le patron de Ouest-France.

« Peine de mort, peine perdue »

Depuis le début des années soixante, François Régis Hutin porte à la Une du journal les engagements de Ouest-France. Comme le combat pour l’abolition de la peine de mort. En 1961, il réagit à la condamnation à mort du criminel nazi Eichmann dans un billet intitulé « Justice est-elle faite ? ». « J’étais révolté que la peine de mort, alors abolie en Israël, soit rétablie spécifiquement pour ce nazi » explique plus tard François Régis Hutin. « L’exécution à froid d’un homme, quoi qu’il ait pu commettre, est une atrocité ». Deux ans plus tard, un nouvel éditorial réaffirme l’engagement de Ouest-France : « Peine de mort, peine perdue ».

Défenseur de la liberté de l’enseignement, dans les années 80, militant de toujours de la construction européenne, François Régis Hutin, humaniste chrétien, se nourrit du souffle de Vatican II. Au lendemain de la levée de l’excommunication de quatre évêques intégristes, il écrit le 31 janvier 2009 : « La vraie question désormais est de savoir si, au-delà des arguties, des proclamations de victoire et des rodomontades, ceux qui sont invités à réintégrer aujourd’hui l’Église admettent l’œcuménisme, la liberté religieuse, la liberté de conscience, le dialogue interreligieux, la relation au monde moderne, la collégialité et tout ce que comporte Vatican II ».

L’indépendance de Ouest-France

À la Une de Ouest-France, François Régis Hutin n’a de cesse de condamner l’état de délabrement des prisons françaises et les conditions de vie indignes des personnes incarcérées. Au début des années 2000, il décide que les détenus de l’Ouest liront gracieusement Ouest-France « parce que l’accès à l’information est le début de la réinsertion dans la société ».

En avril 1990, François Régis Hutin annonce aux lecteurs de Ouest-France un tournant majeur dans la vie du premier quotidien français. Celui-ci est placé sous la responsabilité d’une association loi 1901 à but non lucratif, l’Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste. Au-delà de l’originalité du dispositif juridique, une première en Europe, l’opération garantit l’indépendance de Ouest-France tout en réaffirmant les valeurs fondatrices du titre : la Démocratie humaniste, le respect et la promotion de la personne, le service des lecteurs dans l’indépendance.

Ceux qui ont eu la chance de travailler à ses côtés n’oublieront pas le patron qu’il était, exigeant, mais attentif à chacun, avec une qualité d’écoute exceptionnelle. Des milliers de lettres de lecteurs sont passées sur son bureau, d’opinions très diverses, de félicitations ou de reproches, d’encouragements ou de regrets. Chacune a eu droit à la même attention bienveillante.

... / ... Lire la suite